Petit bonhomme gigueux

Percussion ou jouet ?

Le petit bonhomme gigueux n’est pas un jouet bien qu’on pourrait le croire au premier abord.

Il s’agit d’un véritable instrument de percussion, demandant une prise en main minime, très ludique et même carrément spectaculaire au niveau du rendu visuel (traduisez par « jeu de scène » si vous préférez). Sa facilité de jeu le rend idéal pour les enfants, d’autant plus qu’il y a également un aspect décoration qui peut donner prétexte à un atelier pour un après-midi pluvieux.

Sur un plan plus social, signalons que cet instrument est un des rares à pouvoir être joué par quelqu’un qui serait amputé d’un bras, d’une jambe, voire des deux jambes pour autant qu’il reste au moins une cuisse… C’est la raison pour laquelle on a pu voir nombre d’amputés suite à la guerre de sécession faire la manche (oui je sais c’est de mauvais goût) avec cet instrument.

Ceci dit dans toutes les vidéos que l’on voit sur Youtube la planchette sur laquelle gigue (danse) le bonhomme est simplement coincée sous les fesses et agitée avec la main qui ne tient pas le bonhomme, qui permet de jouer avec deux bras et pas de jambes. Ce n’est pas la façon dont j’ai appris à en jouer, et elle ne correspond pas non plus à certaines photos de vétérans de la guerre de sécession que j’ai eu l’occasion de voir, où le musicien était très nettement manchot…

De plus cette façon de jouer présente à mon avis l’inconvénient majeur de priver l’utilisateur d’un contrôle précis sur la planchette. Au lieu de compter sur l’élasticité de la planchette (ou du postérieur du musicien ?) on contrôle normalement parfaitement les mouvements de sa jambe, tant au niveau du rythme que de l’amplitude, et on peut même jouer sur des légers déplacements latéraux pour décider de ne faire bouger qu’une jambe. OK il faut un peu d’entraînement pour ça !

Ceci dit chacun fera très exactement comme il est le plus à l’aise.

Pour info j’ai trouvé un site assez riche en iconographie (mais en anglais), Jig Dolls, Limberjacks or Les Gigueux où on voit dans le bas de la page deux vidéos où une femme fait giguer un bonhomme et une bonne femme en coinçant la planchette entre ses genoux, et donc contrôle les mouvements de celle-ci avec les jambes. Comme quoi ma façon de jouer n’est pas si saugrenue…

J’ai longtemps cherché comment en fabriquer un sur le Web et ne n’ai rien trouvé. C’est pourquoi je vous propose ici non seulement un plan coté, mais également un petit tutoriel sur la fabrication et l’utilisation du bonhomme.

PtitGigueux-1

Mon petit bonhomme et sa piste de danse

Plan

Le plan ci-dessous est coté, mais il s’agit plus d’indications que de cotes impératives, on peut largement personnaliser, il convient seulement de respecter les articulations et les proportions, notamment de la chaussure qui doit être suffisamment conséquente pour assurer un son correct.

Ce plan est tiré d’un véritable bonhomme acheté lors d’un voyage au Québec vers la fin des années 1980, mais par un copain, moi j’avais acheté des cuillères (oui on en fait aussi de la musique). Et comme nous sommes maintenant séparés par quelques centaines de kilomètres, je n’ai que les deux photos suivantes comme modèle (merci internet et surtout merci Michel !).

PtitGigueux-3

Mon modèle vu de face

PtitGigueux-4

Mon modèle vu de dos

Donc j’ai dû extrapoler les différentes dimensions à partir du mètre ruban, et mon résultat est satisfaisant. Et il n’y a pas sur le web un seul bonhomme de taille et de proportions identiques, alors on peut bien faire comme on veut, le tout étant d’avoir une base de départ.

Le plan est affiché en taille légèrement réduite mais un simple clic l’affichera en taille réelle, prêt à être imprimé.

PtitGigueux-Plan

Sur le plan le dessin de la palette est assez sommaire, elle peut avoir à peu près n’importe quelle forme, en fonction du bois dont vous disposez et de vos envies esthétiques. L’important est de respecter les cotes données plus loin.

J’ai aussi trouvé une photo sympa sur le Web mais je ne sais plus où… C’était un site marchand, d’ailleurs on voit l’étiquette dans le fond…

CIPRQ - Animations - Bonhomme-gigueur - Gros plan 2

Fournitures

À récupérer parmi toutes vos chutes de bois. On peut utiliser le bois qu’on veut, j’ai choisi une chute de tablette en hêtre, je pense que le son sera plus clair qu’avec du pin. L’épaisseur idéale est de 16 à 18 mm, à adapter à la section du tasseau utilisé pour les membres. Attention au sens des fibres du bois, comme indiqué sur le plan ci-dessus.

Corps

Un morceau de 58 mm par 84 mm.

Membres et chaussures

Du tasseau de 16 au carré (ou 18 ou 18×16…). Bien évidemment on peut aussi découper des bandes soi-même dans une planche. Prévoir large, même si 70 cm sont suffisant pour faire un bonhomme, surtout si on travaille à la défonceuse, car fixer des morceaux trop petits est difficile et par conséquent risqué.

Tête

Un bout de manche de râteau fait parfaitement l’affaire, même si le diamètre est de 28. Un bout de tourillon (non cannelé) de 8 mm par 2 à 3 cm pour tenir la tête, et un autre de 6 mm par 1 cm pour le nez, ou une perle ou n’importe quoi d’autre…

Planchette

Contreplaqué ou autre bois mince de 8 mm d’épaisseur environ et de 60 x 13 cm. Deux lanières pourront faire le tour de la cuisse pour y attacher la planchette. J’ai utilisé du chêne qui traînait dans mon atelier en me disant que le son serait sympa. Et puis on ne danse bien que sur un parquet de chêne ciré…

Tige

Une longueur de 30 cm de tourillon de 8 mm (ou plus si on veut, on peut aller jusqu’à 12 mais ça ne sert à rien).

Axes

Deux brochettes en bambou (les piques à amuse-gueule sont un peu trop fines pour assurer la solidité). Ces brochettes ont un diamètre de 3 mm un peu fort ce qui fait que si on perce à ce diamètre, les piques rentreront juste assez en force pour ne pas nécessiter de collage. Percer à 4 mm pour les parties mobiles qui tourneront autour de ces axes.

Fixation des bras

Il vous faudra deux vis (j’ai trouvé plus esthétique de les prendre à tête ronde et non fraisée) et deux rondelles (je ne suis pas certain qu’elle soient obligatoires mais j’ai préféré faire comme ça).

Fabrication

Je trouve plus joli de faire un arrondi sur la totalité des membres et du corps, soit à la lime, au papier de verre, à la défonceuse, mais tous les bonshommes ne sont pas faits comme ça.

Il est prudent de percer les trous de fixation des membres avant de faire les découpes des articulations, pour éviter de casser. Les parties femelles seront percées à 3 mm et les mâles à 4 mm.

Pour la découpe des articulations on peut utiliser une défonceuse, mais une simple scie à chantourner ou une lime suffit également.

Le buste

Façonner le buste, et ne pas se priver d’arrondir les épaules et la base du cou à votre convenance. Le trou de fixation de la tige se fait au milieu du dos, du diamètre du tourillon qui viendra s’y emboîter, et d’une profondeur adéquate. Percer également les deux trous de fixation des bras à l’emplacement et selon l’angle représenté sur le plan.

La tête

Arrondir la tête à la râpe et à la lime, percer le trou de fixation et éventuellement celui du nez. Coller l’axe.

PtitGigueux-6

À gauche la tête, avec le trou pour le nez. À droite le buste, celui-ci est raté, le sens du bois n’est pas bon et il va casser.

On peut coller un autre petit bout de tourillon ou une perle ou ce qu’on veut pour faire le nez, selon le principe du bonhomme de neige (non oubliez la carotte vous n’en trouverez jamais d’assez petite). Pour le reste des traits du visage, stylo, peinture ou pyrogravure, c’est comme on veut. On peut aussi le laisser brut.

Les membres

Découper des bandes de 16 mm (si vous n’avez pas de tasseau) et en arrondir éventuellement les angles. Préparer quatre longueurs de 90 mm pour faire les bras/avant-bras et cuisse/cheville, deux de 56 mm pour les mollets, et deux de 40 mm pour les chaussures.

Les membres à différents stades de fabrication.

PtitGigueux-7PtitGigueux-8

L’avant bras sera arrondi au bout et marqué de quatre traits de scie à métaux pour figurer les doigts.

Il est esthétique d’arrondir un peu le haut des bras pour figurer la forme de l’épaule, et il faudra ensuite percer à 4 mm du haut, d’un diamètre adapté à la vis de fixation, avec éventuellement un décrochement pour la tête de vis.

PtitGigueux-11

La fixation du bras et la forme de la main

Les chaussures

Façonner les chaussures à la rape et à la lime, c’est un peu long mais guère difficile. La forme des chaussures est donnée à titre indicatif, on peut même sculpter des sabots, il suffit que la semelle soit plane pour bien percuter la planchette.

Assembler les chaussures sur la cheville avec deux morceaux de brochette en guise de tourillon (on distingue cet assemblage sur la première photo de mon bonhomme : les deux petites parties claires sous la semelle sont les brochettes.

PtitGigueux-9

Les pièces de bois des chaussures en attente de façonnage

PtitGigueux-10

Une chaussure terminée

Assemblage

Fixer la tête sur le tronc avec un bout de tourillon, en lui donnant éventuellement une légère inclinaison en arrière si on décide que son bonhomme sera fier de giguer aussi bien. On peut ne pas coller la tête, ce qui a deux avantages : on peut la tourner légèrement pour lui donner différentes expressions, et on peut carrément la changer, ça peut être fun.

Assembler les membres avec les bouts de brochette et poncer les bouts qui dépassent. Fixer de même les jambes sur le buste (utiliser deux morceaux de brochette et non un seul). Visser les bras. C’est terminé !

PtitGigueux-12

Le bonhomme terminé.

La planchette

Découper la planchette approximativement selon le modèle, il faut une partie assez large (18 x 13 cm) qui sera la « piste de danse » et une plus petite qui sera du côté de la ceinture, et qui permet d’éviter à la palette de trop tourner autour de la cuisse (on peut au besoin maintenir celle-ci à cet endroit).

Placer ensuite les deux fixations qui permettront d’attacher la planchette à la cuisse. De simples morceaux de ficelle suffisent, mais on peut bien entendu fignoler : lanières de cuir et boucles récupérées sur de vieilles ceintures, ou, si on a un peu de budget, très simple et très rapide à utiliser : des sangles avec clip en nylon comme on en trouve dans les magasins d’article de camping, au rayon sac à dos.

Les fixations sont à placer en fonction de la physiologie du joueur, il faut rester confortable, et il vaut mieux faire des essais sans fixer avant de percer la planchette.

Décoration

Elle est à discrétion de chacun, tissu (attention à ne pas gêner les articulations), laine ou filasse pour les cheveux, peinture, pyrogravure… Voire rien du tout, brut ça a pas mal d’allure aussi.

Si on prévoit des têtes interchangeables pourquoi ne pas prévoir également plusieurs tenues de scène ?

Utilisation

Je n’explique pas la façon basique, la planchette sous les fesses, on trouvera dans la section vidéo un exemple suffisant pour en faire autant. Je veux vous expliquer une façon plus précise et plus technique de jouer.

Fixer la planchette sur la cuisse (du même côté que la main qui tiendra le bonhomme).

Positionner le bonhomme au-dessus de sa « piste de danse » en le tenant avec la tige prévue à cet effet, en gardant le poignet et le bras souple.

Taper du pied en rythme sur la musique, (ce qui pré-suppose qu’on est capable de le faire…) pour faire bouger la planchette en rythme. Descendre progressivement le bonhomme jusqu’à ce que la piste danse percute ses chaussures.

nondispo

Garder le bonhomme au milieu du trajet vertical de la planchette, de façon à ce que celle-ci, lorsque votre jambe se lève, vienne frapper les chaussures, et qu’une fois baissée elle laisse la place aux jambes pour bouger. On trouve ce geste très rapidement.

Ce qui est sans doute moins évident à faire c’est de ne pas bouger le bras en même temps que la jambe, il faut une bonne indépendance des membres. Peut-être la raison pour laquelle tout le monde joue avec les deux mains…

Au début il faut faire attention à ne faire que des mouvements de jambe de faible amplitude, sinon le bonhomme fait rapidement n’importe quoi, et si on veut maîtriser un tant soit peu sa gigue, il faut être précis et attentif. L’idéal est de pouvoir contrôler les mouvements de façon à n’avoir qu’un tapotement des pieds sur la piste, sans aucun autre mouvement.

On peut ensuite progressivement augmenter l’amplitude des mouvements de la jambe, ce qui provoque des mouvements plus amples et commence à faire bouger les bras.

nondispo

Si on ajoute des mouvements de la main du haut en bas, cela aura le même effet que de plus grandes amplitudes de la jambe, à la différence près que c’est le bras qui contrôle et non la jambe.

Si on ajoute des mouvements de la main d’avant en arrière, en rotation horaire ou anti-horaire, ceci a pour effet d’amplifier les mouvements des bras (et des jambes dans une moindre mesure).

Et si on combine tous ces mouvements le bonhomme devient fou ! Mais attention, autant il est facile de mettre les bras et les jambes en mouvements frénétiques autant il est délicat de les ralentir.

nondispo

Si on pivote (légèrement, surtout ne pas exagérer) le bonhomme vers la droite ou la gauche on privilégie les mouvements des membres d’un côté ou de l’autre.

Même sans la maîtrise de tous ces mouvements le résultat est d’ores et déjà garanti, il ne sera pas précis, tout simplement, mais normalement en rythme, pour autant que la jambe y soit. Par contre une fois qu’on a compris comment influencer les mouvements, on peut commencer à coller un peu plus à la musique, alterner des mouvements calmes et d’autres plus nerveux, et on peut vraiment se faire plaisir avec son bonhomme.

Petite suggestion de musique qui va bien : le reel de la Pointe-au-Pic de la Bottine Souriante, sur l’album Anthologie. Démonstration ci-dessous. Vous pourrez constater que mon bonhomme suit exactement non seulement le rythme mais aussi les alternances de passages endiablés et furieusement endiablés (non il n’y a pas de moments calmes dans un reel !). J’ai placé la caméra (mon smartphone) de trois-quart de façon à ce que vous puissiez voir tant les déplacement verticaux que latéraux.

nondispo

Et pour conclure je vous souhaite bien du plaisir tant pour la fabrication que pour le jeu…

Pour animer un atelier de fabrication, selon l’âge des enfants on peut ou non prévoir le pré-découpage du bois (tout ou partie), le montage des membres et de la tête…

Si on effectue les entailles des articulations avec une défonceuse, il est très rentable d’en faire une bonne quantité, les réglages sont plus compliqués que le travail lui-même et vous risquez fort d’avoir de la demande une fois que le vôtre aura conquis son public…

Liens

Pour finir, quelques liens vers des vidéos trouvées sur Youtube, que j’ai insérées ici, pour vous éviter de les chercher. Bien entendu je crédite leurs auteurs. Et bien entendu également je n’ai gardé que ceux qui giguent vraiment, pas ceux qui font des claquettes avec des chaussures à bruitage !

Meilleur Gigueur Québecois

Oui on peut aussi dire gigueur, mais j’ai toujours entendu dire gigueux !

Vidéo mise en ligne par virginiepacheco le 21 sept. 2009

Son commentaire

Soirée de danses traditionnelles Québecoises avec Rémi, Matthew et Florent… Démonstration de « feet tapping » (aucune idée de si ça se dit ou pas=) par un des meilleurs Gigueurs québecois!

Mon commentaire

J’ai choisi cette vidéo, même si elle commence et finit n’importe comment pour deux raisons. D’une part c’est vrai qu’il gigue vraiment très bien, il fait ça avec une telle aisance qu’on a l’impression qu’il fait n’importe quoi, mais non ! D’autre part, on distingue parfaitement le mouvement de ses pieds et de ses jambes (et il fait même l’effort de se mettre de profil à un moment donné) au contraire d’autres vidéos et c’est important pour réaliser à quel point on peut atteindre un certain réalisme avec un P’tit bonhomme !

La « Gigue du Plateau Mont-Royal » de Jean-Claude Bélanger

Ajoutée le 19 mars 2013 par TelepathMedia

Son commentaire

Interprétation endiablée, lors de la célèbre Veillée du Plateau, au Centre du Plateau, quoi de plus authentique, de la fameuse Gigue du Plateau Mont-Royal par son interprète originale: Carmen Guérard, son ensemble et Yaëlle Azoulay, gigueuse émérite.

Mon commentaire

Je préfère la vidéo précédente, même si elle est de moins bonne qualité, on voit mieux le danseur.

Le petit gigueur de bois

C’est la façon de jouer que l’on voit partout sur le web.

Mise en ligne le 8 janv. 2012 par Clau1524

Avec un peu d’oreille on est obligé de constater que le bonhomme n’est pas dans le rythme…

Jig Dolls, Limberjacks or Les Gigueux

Un site assez riche en iconographie, Jig Dolls, Limberjacks or Les Gigueux et en vidéos.

Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.